Página inicial > Internacional > Francês > Piquiá de Baixo: indignés et solidaires pour ne mourir pas de (...)

Piquiá de Baixo: indignés et solidaires pour ne mourir pas de sidérurgie!



domingo 23 de fevereiro de 2014

"Votre temps est écoulé, Mairie d’Açailândia". C’est le message de plus d’un millier d’habitants du quartier Piquiá de Baixo transmis pendant deux manifestations le 18 juillet. Les résidents, en effet, ne veulent plus mourir à cause de la pollution, en attendant que les hommes politiques prennent leurs responsabilités. (Pour mieux comprendre la situation, cliquez ici .)

Le projet de réinstallation du quartier a déjà obtenu le soutien de plusieurs entités au Brésil et dans le monde entier. La plupart des ressources financières nécessaires seraient déjà garanties. Néanmoins, les pouvoirs locaux de la petite ville du Nord Est du Brésil n’ont pas encore rempli leurs responsabilités dans le sens de faire avancer le projet. C´est la raison pour laquelle le peuple a décidé d´hausser la voix.

Le matin du 18 juillet, les manifestants ont occupé l’Hôtel de Ville d’Açailândia en demandant une rencontre avec Madame le maire pour lui remettre une liste de revendications (à part la réinstallation, ils réclament l’eau dans les communautés rurales, le transport public moins cher, plus de qualité de services d’éducation et de santé). Après quelques heures, la Mairie a informé manquer d’ingénieurs parmi le personnel pour procéder à une évaluation technique du projet présenté par l’Association des habitants de Piquiá de Baixo il y a quelques semaines. Ni Madame le Maire ni l’Adjoint du Maire ne se sont présentés. Encore une façon de plus de renvoyer le problème ?

Quoi qu’il en soit, à 15 heures les manifestants ont décidé de paralyser la circulation sur la BR222 au niveau du Parc d´expositions pendant environ deux heures. Malgré cette interdiction, les autorités ne se sont pas présentées.

La situation est mondialement connue, d’autant plus que les revendications de ce petit quartier brésilien, qui abrite environ 1.100 personnes, ont été publiées par le journal officiel de l’Église catholique, l’Osservatore Romano ” (l’article est disponible ici sur le site du Réseau Justice dans les Rails).

Il est difficile de prévoir la conclusion des manifestations, à ce moment, si le maire ne fait rien. Une lettre ouverte a été écrite par le Centre de défense de la vie et des droits de l’homme "Carmen Bascarán", la paroisse de Santa Luzia de Açailândia et le Réseau Justice dans les Rails (cliquez ici ), dans laquelle ils expriment leur “extrême préoccupation vu le climat de tension et conflit social qui grandit dans la municipalité”. La situation pourrait bientôt se dégrader et devenir hors-contrôle si les autorités continuent de faire comme si rien ne s’était produit.

Aidez les habitants de Piquiá de Baixo, manifestez votre indignation à Madame le Maire de Açailândia, à Madame le Gouverneur de l’état du Maranhão, aux entreprises sidérurgiques et à la “Vale”.

Fonte: http://esp.habitants.org